vendredi 14 août 2020

Gasconnade

Une première trouvaille empruntée à la Société archéologique du Gers (bulletin de 1901) et adaptée.
#Gascon #Gascogne #Facétie #Révolution #Bastille #1789 #guillotine #mort
Encouragés par des écrivains tels qu'Alexandre Dumas, les Gascons ont gagné une forte réputation de gouailleurs aux réparties efficaces et cinglantes.
Pour une première incursion dans cet univers facétieux, rendez-vous est pris à la Bastille, quelques jours après une date devenue depuis « Fête nationale ».
Un officier dont je tairai le nom, mais point ses origines authentiquement gasconnes, reçoit pour mission de nettoyer la place des nombreux cadavres, victimes immédiates d'affrontements sanglants.
Trouvant que les fossoyeurs manquent d'empressement en leur macabre ouvrage, avec la voix forte dont est doté tout Gascon qui se respecte - le volume vocal de ces derniers étant réglé, depuis le jour de naissance et à vie, en position maximale - l'officier ne manque pas les fustiger.
Les employés, impressionné par cet accent du Sud-Ouest, avec ces « r » qui roulent plus qu'un tonnerre d'orage estival, obéissent et jettent toutes leurs forces excavatrices dans la sombre entreprise qui est leur.
L'officier paraît enfin satisfait. Mais à confondre vitesse et précipitation, entend-on soudain un mort que l'on vient de jeter sur d'autres cadavres protester vigoureusement : « Mais que faites-vous, je ne suis pas encore mort, que je sache, mais seulement navré ! ».
Les fossoyeurs se confondent en excuses et ressortent l'homme de la fosse.
Voyant la manœuvre, l'officier se rapproche : « Que se passe-t-il ici ? Si vous ressortez les morts, on n'est pas prêts d'avoir fini.
— C'est que ce Monsieur prétend qu'il n'est que navré…
— Et alors, je le suis tout autant que lui - navré ! - enterrez-le quand même, répond avec gravité l'officier. Si l'on commence à écouter ces coquins-là, les morts seront bientôt tous vivants ! ».
Devant tant de certitude et d'autorité, bien que la décision semble n'avoir ni queue, ni tête ; ne sachant toutefois point où donner de la leur et voulant surtout la garder bien campée sur les épaules plutôt que la confier à l'admirable machine du sieur Guillotin, les fossoyeurs reprennent leur basse besogne sans se soucier dorénavant des morts qui viendraient à parler.
Après avoir découvert cette gasconnade, bien évidemment à tête reposée, n'hésitez pas à réagir !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire