dimanche 18 octobre 2020

Caminando, tierce étape sur les chemins…

Épisode 3 - Spectacle et émotion : une librairie associative à Larressingle (32)
#livres #bouquins #documentation #Larressingle #Gers #médiéval #conte #légende
Précédents chemins d'inspiration : 2 1
Dans un précédent article, je vantai les bouquinistes et les trésors au sein desquels je puise moultes connaissances pour me conforter dans l'écriture et la conception des spectacles. Je complète aujourd'hui ce propos par un autre vecteur d'inspiration, qui mêle le réel et le subjectif, dans une librairie tout aussi précieuse et indispensable, car notamment sise dans l'étonnante citadelle médiévale de Larressingle, dans le département du Gers.
Magie du lieu
Il suffit de passer le pont chantait George Brassens pour que naisse l'aventure.
Sans qu'il soit question de tenir jupon, ni de quelque sentiment fripon comme le suggérait le poète, on ne peut qu'être aussitôt emporté au Moyen Âge, par le seul franchissement de l'unique accès au village. Celui-ci est constitué en son centre d'un ancien château-fort, d'une chapelle et de quelques maisons, encerclés et protégés par d'épais et hauts remparts, transformés peu à peu en habitations, et d'une douve aujourdhui à sec.
Par bonheur, le site est dépourvu de tout véhicule à moteur sauf d'exceptionnels engins municipaux pour des services locaux. Dès les premiers pas intra muros, je sais que l'histoire que je suis appelé à partager, en l'occurrence, le grand conte initiatique des trois oranges, que j'avoue avoir revisité à ma façon, sera en parfaite adéquation avec les souvenirs et autres vibrations et énergies subtiles que contiennent en leur for les pierres indigènes.
Autre magie : l'échoppe de la librairie Caminando
Il ne faut guère de temps pour arriver face à l'échoppe où se tient la librairie associative appelée Caminando dont le nom rappelle à juste titre le très proche chemin de saint Jacques, autrement nommé via podensis car provenant du Puy-en-Velay (les technocrates contemporains l'appellent GR65😊).
La maison est à l'aune du village, à savoir, avec ses pierres apparentes, ses poutres massives, ses fenêtres à meneaux, elle ajoute au voyage temporel y mêlant toutefois une autre invitation à des évasions plurielles, celles de tous les ouvrages qui sont proposés.
Le summum de la félicité est cependant atteint avec la volonté des membres de l'association qui gèrent le lieu. On y ressent, sitôt entré, que l'un des maîtres-mots est bienveillance, laquelle passe, parmi d'autres voies de sagesse, par celles du conte.
Je n'ai donc aucun doute quant au bien-être à venir des personnages de mon conte.
Ne reste qu'un seul paradoxe qui n'est pas l'apanage de ce seul lieu et qui, personnellement, me fait toujours sourire : la défense du livre, ô combien nécessaire, passe souvent par le conte, pratique qui découle pourtant de l'oralité (d'où le vilain mot parfois entendu d'orature 👉 ô rature ?).
J'avoue in fine contribuer à ce paradoxe puisque j'ai commis quelques livres, désormais présents à Caminando au sein desquels j'ai semés des contes recueillis çà et là.
Sans doute est-ce le résultat de ma confusion phonique entre co-errrance et cohérence. Allez savoir…
l'autre affiche du spectacle

dimanche 4 octobre 2020

Autre étape sur les chemins…

Épisode 2 - Spectacle et émotion : les bouquinistes !
#livres #bouquins #documentation #Agen #médiéval
Précédent chemin d'inspiration : 1
La conception de mes spectacles repose sur un travail conséquent de recherches dans les archives musicales et littéraires, manuscrites quand elles sont médiévales, imprimées à partir du seizième siècle mais…
D'où vient l'idée d'un spectacle ?
Je n'ai pas de réponse précise. Certains thèmes me hantent depuis toujours, tels ceux de l'errance et des chemins. D'autres s'imposent, avec fulgurance ou, opiniâtres, en décoction lente, au hasard d'un mot, d'une image, d'un son qui se présentent à moi et les déclenchent, sans que je les ai cherchés. Je confesse toutefois les provoquer de temps à autre lorsque j'emprunte du temps pour oser le perdre en des lieux réels ou virtuels, où il fait bon vivre pour des connaissances de toutes sortes.
Cela commence en ouvrant au hasard une page de dictionnaire ou d'encyclopédie, en laissant errer le regard sur une carte géographique, pour remonter le cours d'une rivière, suivre le tracé d'une voie de chemin de fer, ou m'émerveiller d'un nom charmant, éventuellement disparu sur les éditions les plus récentes et auquel s'attache une légende ou une anecdote qui ne demande qu'à être réveillée.
Il n'y a rien de rationnel en tout cela même si ces recherches improbables se font de plus en plus souvent devant un écran relié au monde par internet. Que ne suis-je souvent connecté à des bibliothèques et autres lieux de savoirs autrefois inaccessibles et désormais ouverts à ma curiosité vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Mais, appréciant grandement ce réel progrès, je n'en oublie pas pour autant des échoppes qui me sont chères, celles des bouquinistes.
Dès la Renaissance (XVIe siècle), les colporteurs se sédentarisent au bord de la Seine pour le plus grand plaisir encore actuel des touristes et badauds.👉
👈 Dans l'antre des Utopiques à Agen.
La quadruple fonction d'une librairie-bouquiniste :
- premièrement, celle de la découverte en des jours où je ne cherche rien, jours probables pour me laisser hameçonner par un sujet qui deviendra peut-être spectacle ou autre vecteur de mes partages ;
- deuxièmement, celle de la recherche pour un nouvel opus, éventuellement conséquence directe des curiosités évoquées précèdemment.
- troisièmement, celle de la restitution d'ouvrages qui ont trop longtemps dormi sur mes étagères et qui seront plus utiles en d'autres mains ;
- enfin, quatrièmement, pour y présenter lectures et spectacles, comme ce sera le cas vendredi prochain, 9 octobre 2020, à 18h30, à la librairie au nom aussi pertinent que plaisant : "Les utopiques".
Émotion !
Certes, entre les livres, la jauge accordée au public est moindre à celle d'une salle dite de spectacle. Mais les mots que je partagerai y seront plus à l'aise, comme en famille, car faisant écho à ceux des milliers d'ouvrages présents sur les rayonnages. De même, serons-nous au plus près des auteurs présents, toutes époques confondues et réunies, tout cela grâce à la bienveillance de l'indispensable gardien des lieux : le bouquiniste !

vendredi 2 octobre 2020

Sur les chemins…

Épisode 1 - Condom, juin 1333 : un pèlerinage comme sentence de justice.
#pèlerin #pèlerinage #chemin #Condom #Rocamadour #médiéval
Chemin suivant : 2
La conception de mes spectacles repose sur un travail conséquent de recherches dans les archives musicales et littéraires, manuscrites quand elles sont médiévales, imprimées à partir du seizième siècle.
Alors que nous - The Strawberry consort - commençons à répéter le programme Chemins d'étoiles pour être fin prêts en 2021, année jacquaire, je trouve à deux pas de chez moi, toutefois en remontant les ans jusqu'en 1333, un fait divers qui se conclut par un pèlerinage.
Ce jour, comparaît au tribunal de Condom, Arnaud de Revignan, co-seigneur de Ligardes, accusé d'avoir envoyé ses gens régler son compte à Vital de Garros, un habitant de Condom, après que celui-ci ait blessé un ami du prévenu.
Faut-il le préciser, les sbires d'Arnaud de Revignan ont exercé une vengeance pour le moins disproportionnée puisque la victime a été retrouvée morte, le corps transpercé d'un coup de lance.
En outre, post mortem, la victime a eu la main tranchée, car coupable - mot qui prend laconiquement tout son sens - de l'agression de l'ami du co-seigneur.
Durant le procès, devant les juges et un jury composé d'habitants de Condom, Arnaud de Revignan plaide l'innocence.
Des témoins se succèdent à la barre. Aucun n'apporte de preuves tangibles. Reste alors dans les esprits un doute que seul peut lever Dieu, au nom duquel est rendue la justice en ce siècle médiéval.
C'est pourquoi, il est demandé au prévenu, outre une peine pécunaire, de se rendre en pèlerinage à Rocamadour, pour y implorer la vierge noire.
Arnaud de Revignan estima s'en tirer à bon compte puisqu'il ne fit point appel et accomplit sa peine.
Prudent, il compléta la probable absolution reçue à Rocamadour, par une requête auprès du roi Philippe VI de Valois qui se traduisit concrètement par une attestation d'accomplissement des peines, dûment inscrite dans les registres de la chancellerie royale. Arnaud de Revignan avait déjà compris que si la parole - même de bonne foi - a beau être sacrée, rien ne vaut un acte officiel !
Zone d'ombre, il n'est point fait mention des exécuteurs, lesquels - faute de quelque titre de noblesse les protégeant et sous réserve qu'ils furent identifiés - eurent probablement à subir des peines moins clémentes selon les douceurs que l'on savait alors prodiguer en place publique.

vendredi 4 septembre 2020

Une semaine d'emprunts au passé

Épisode 6 - Des astres plutôt que désastre !
#chevalerie #semaine #astre #planète #médiéval #Kyeser #bellifortis
Précédents emprunts : 1 - 2 - 3 - 4 - 5
Je suis tellement las d'entendre çà et là que les semaines sont trop chargées, par divers.e.s quidams qui se forcent presque à paraître déprimé.e.s que je vais rédiger le présent article en sept étapes, soit sensu scripto au jour le jour, en empruntant les enluminures d'un traite d'art de la guerre de la fin du quatorzième siècle, le Bellifortis de la main du docte Konrad Kyeser.
Ainsi ne parlerai-je point de jours chargés mais de charges du jour, avec la représentation de chaque chevalier associé à un des astres (et planètes) qui ont prêté leurs noms aux jours de la semaine.
Dimanche, « sol », jour du soleil ! 🌞
Manuscrit BSB Clm 30150 folio 86v
🌜 Lundi, « luna », pour un jour bien luné
Manuscrit BSB Clm 30150 folio 89v
Mardi, « mars », dieu de la guerre et de l'agriculture 🚜
Manuscrit BSB Clm 30150 folio 85v
🛒 Mercredi, « mercurius », dieu du commerce pour les uns, des voleurs pour d'autres Manuscrit BSB Clm 30150 folio 88v
Jeudi, « jovis », Jupiter… le dieu des dieux
Manuscrit BSB Clm 30150 folio 86v
💘 Vendredi, « venus », enfin de l'amour et plus encore, de présence féminine Manuscrit BSB Clm 30150 folio 87v
🛌 Samedi, « saturnus », quel meilleur dieu pour achever la semaine que Saturne, adepte fervent du repos dans l'attente des saturnales qui précèdent l'hiver.
Manuscrit BSB Clm 30150 folio 83v
Sixième emprunt, sept jours, sept dieux...
N'hésitez pas à réagir.

samedi 29 août 2020

Table des rubriques

Table provisoire…
#sommaire #blog #passé #siècle #médiéval #renaissance #gasconnade #sonnets #rimes #poésie #alexandrins
Il est grand temps de me soucier, manière de ménage d'automne, de classer les quelques rubriques que j'ai mises en route depuis un certain printemps confiné (2020), certaines sérieuses ou qui essaient de l'être, d'autres qui sont d'une nature plus facétieuse, et enfin des articles que m'inspirent mes z('h)umeurs du jour.
Sur fond de couleur bleu clair, Un emprunt au passé renvoie à des sujets que je trouve, plus au moins au hasard, lors de mes recherches d'archives en vue de nourrir de prochains scénarii et spectacles (cf www.zumeurs.net) ou articles qui me sont commandés.
Sur fond de couleur orange clair, Gasconnade met à l'honneur les traits d'esprits mais aussi les démonstrations de mauvaise foi dont sont capables les #Gascons depuis la nuit des temps, et bien avant qu'Alexandre #Dumas leur consacre généreusement sa plume.
Désormais sur fond grisé et initié comme exercice quotidien d'écriture en vers pendant le confinement, Les Confisonnets rebondissent sur tout et n'importe quoi et tentent de toujours retomber sur leurs douze pieds et quatorze vers.
Autre distraction né au printemps, Le voyage du confiné n'est que facétie inspirée par des communes dont le nom incite aux calembours, sans acrimonie ni moquerie à l'égard des habitants. Chaque voyage est illustré à minima par une carte postale choisie parmi les plus anciennes disponibles.
Sans oublier au jour le jour, de précieuses infos et d'improbables errances sur les pages de Facebook

jeudi 27 août 2020

Saint Hubert et la châsse - GasCondomnade ?

Gasconnade n°5
#Gascon #Gascogne #Condom #Ténarèze #Hubert #Cartouche #1726 #covid #guérison #miracle #croyance #superstition
En ces temps d'incertitude covidiennes et quotidiennes, où, plus que jamais, les gestes barrière et autres précautions sanitaires sont fortement conseillés quand ils ne sont pas imposés, il n'est pas déplaisant de jouer sur une autre distance, celle du temps ; celui où l'on croyait encore aux miracles que d'aucuns appellent aujourd'hui effet placebo, crédulité, naïveté, foi, etc. selon tous degrés de discernement en usage.
8 juin 1726, selon un aimable chroniqueur, Condom reçoit un personnage prestigieux, lequel se réclame de l'ordre des chevaliers de saint Hubert, nanti de surcroît de multiples titres et fonctions honorifiques dont celle d'abbé dans les Ardennes, chapitrant au moins cent-cinquante moines.
L'illustre quidam est porteur d'une relique du saint éponyme qu'il dépose au couvent des cordeliers pendant qu'il va s'installer pour le temps qu'il faudra à l'hostellerie du Chapeau rouge.
La nouvelle ne met guère de temps à gagner la cité, intra-muros et au-delà des murs, et ce sont bientôt, arrivant en masse de toutes rues et de toutes campagnes alentours, qu'affluent vers le couvent, malades, fidèles et inévitables curieux afin de se recueillir sur la relique, la prier et surtout l'implorer dans l'espoir de force guérisons.
La foule est si importante, environ vingt mille dit-on, qu'il convient de faire ranger les un.e.s et les autres en trois rangées bien ordonnées et sur des centaines de mètres.
Bien évidemment, le chevalier se prête au jeu. Ayant protégé la relique dans une étole qui tient lieu de châsse, il laisse toucher cette dernière par chaque malade, invitant celui-ci à prier avec ferveur saint Hubert dans l'espoir d'une soudaine intercession. De même, il ne manque pas rappeler à chaque fois, la devise "Je te touche, Dieu te guérisse".
Croix de l'Ordre de saint Hubert
Les témoignages recueillis lors de ces pieuses séances sont élogieux et clairs, dont celui-ci :"Que ne vit-on d'estropiés repartir sans leur béquille et sans la moindre claudication".
Fort d'un tel succès, le chevalier séjourna quasiment une semaine avant de poursuivre sa tournée que j'ose qualifier de "triomphale".
Mais pourquoi avoir choisi Condom ? Nul ne le sait précisément. Il est dit cependant que dans l'ordre de saint Hubert, il est convenu d'une tournée à accomplir une fois par siècle pendant une durée de trois ans, ce qui laisse le temps de visiter toutes contrées dont la Ténarèze.
À ces fins, les rois accordent volontiers droits de circuler et d'agir, attendu le pouvoir de guérison qui est reconnu aux chevaliers par simple contact, tant à l'endroit des humains que des animaux.
Évidemment, il y a toujours des esprits chagrins qui proposent une autre vérité. On les dit, selon les siècles et éléments de vérité qui sont les leurs : lanceurs d'alertes, complotistes, journalistes d'investigation, toutes sortes de charlatans et de beaux parleurs, sans oublier ce qui me concerne directement et au titre de la mauvaise foi qui leur sied pour narrer à leur convenance et que je revendique joyeusement, les conteurs.
Selon cette horde dubitative, le personnage qui honora Condom de sa présence fut un imposteur, probable ancien membre de la bande du bandit Cartouche, dont les principaux miracles étaient surtout d'alléger chaque citoyen, non de quelque charge pondérale, mais du poids de sa bourse. En somme, ils guérissaient d'un vice qui rend souvent malade, même à faible niveau : la richesse.
À l'heure où j'écris, nul ne précise encore si, pendant sa semaine condomoise, le désormais vrai ou faux chevalier sollicita dons et prébendes en échange de ses bons soins.
Il est vrai qu'en terme de générosité, la discrétion est conseillée, sauf à vouloir en tirer gloire et arrogance. Elle l'est plus encore quand le vertueux a le souci de cacher qu'il s'est fait littéralement berner par une gasconnade de grande envergure.
C'est pourquoi le débat de saint Hubert et de la châsse est loin d'être achevé, surtout pour ceux qui n'ont plus aucune considération pour les accents circonflexes.
La châsse étant ouverte… « N'hésitez pas à réagir ! »

dimanche 23 août 2020

Un emprunt au passé 5

Épisode 5 - Ça sent la fin du monde ! Un point de vue du XIVe siècle
#nature #environnement #écologie #société #collapsologie #Deschamps #poésie #ballade #médiéval
Précédents emprunts : 1 - 2 - 3 - 4
Dans la même logique quelque peu pessimiste du précédent article, je remonte encore plus loin dans le temps pour rencontrer Eustache Deschamps, un poète qui n'est pas toujours tendre avec les puissants de son temps au point d'avoir quitté leurs cours et gagner ainsi en liberté d'expression.
Il laisse à la postérité une œuvre colossale dont la plus grande partie est conservée dans le manuscrit FR 840 (Bibliothèque Nationale à Paris), un pavé de presque six cent folios soit mille deux cents pages !
La ballade qui suit (n°1493 dans le manuscrit), malgré une forme que certains jugeront désuète, a néanmoins quelque chose de prophétique, démontrant - s'il en était encore besoin - que plonger dans les écrits anciens (merci internet qui en facilite l'accès) n'est pas un abîme où fuir, mais au contraire une source précieuse pour alimenter toute saine et sereine réflexion et aborder en toute philosophie - optimiste ou pessismiste selon nos respectives et intimes approches -, le monde d'aujourd'hui et plus encore ceux de demain.
nota bene : dans la mesure où le texte original est fort lisible, pour nous autres qui, théoriquement, avons été nourri.e.s à l'École de la République et, à ce titre, maîtrisons grammaire et orthographe ; je ne résiste pas à livrer le texte dans sa graphie d'origine, ne serait-ce que pour en préserver la saveur et la science.
Je remercie par avance les grincheux et obsédés du Bescherelle de ne pas sombrer en ire profonde 😉.
Pour la clarté du texte, j'ai cependant semé quelques ponctuations.
Enfin, j'invite tout lecteur à admirer la virtuosité quant à respecter la forme de la ballade, regrettant - en ma connaissance actuelle - qu'il n'y ait point quelque musique composée sur ce texte. Toute information à ce sujet m'intéresse : sources manuscrites, transcriptions…
De la grant mutacion des temps et abreviacion de toute nature et approuchement de fin de monde
Les temps, les ans, les meurs, les gens,
Les bestes et tous animaulx,
Les terres, les quatre elemens,
Les complections corporaulx,
Toutes les vertus cardinaulx,
Les arbres, les fruis, les poissons,
Les prez, les blez, vins et moissons,
Et le genrre en toute nature
Diminuent et les saisons :
Toute chose se desnature.
Automnne, yver, esté, printemps
Et tous les climats principaulx,
Du monde varie li temps;
Trop sont les pechiez generaulx
D’argent querir, estaz, joyaulx ;
Envie, orgueil, detractions
Regnent et dissolucions,
Toute couvoitise et ordure ;
La fin de ce monde approuchons :
Toute chose se desnature.
La foy, la loy sont vaxillens
Par noz pechiez et pour noz maulx ;
Met Dieux sur nous guerre et contemps,
En l’eglîse, entre les royaulx,
Et envie, pour noz deffaulx,
Froidures, inundacîons,
Pestillences, divisions,
Mortalitez, famine dure.
Mais pour ce ne nous amendons :
Toute chose se desnature.
Envoi
Princes, se bien considerons
Noz pechiez, les pugnicions
Que Dieux envoie a creature
Devers lui nous amenderons,
Ou autrement tuit perirons :
Toute chose se desnature.
Ce quint emprunt au passé ne nuit pas à mon envie de souhaiter un beau dimanche à quiconque, ni au plaisir quant à recevoir toutes réactions de toutes natures, en termes courtois s'entend.