mercredi 25 mars 2020

Uderzo, source d'enchantement…

#Uderzo #Goscinny #Charlier #BD #Astérix #Oumpapah #Tanguy #Laverdure #enchantement #patrimoine
Le décès hier du dessinateur Uderzo et le temps libre dû au confinement actuel m'incitent à replonger dans les délices de ma bédéthèque - fournie en suffisance au point de faire le bonheur d'un marchand d'étagères suédois - pour en retirer quelques perles signées du défunt maître.
Ainsi, en plus de mes coutumières relectures aléatoires de l'année, me retrouvé-je en agréable compagnie de héros qui ont bercé mon enfance et l'ont plus que probablement marquée pour m'aider à devenir ce que je revendique être encore et toujours : un enchanteur du patrimoine.
N'ai-je pas eu grâce à eux, les plus belles leçons de géographie et d'histoire, quand au fil des pages d'albums joyeux et facétieux me prenaient l'envie et la curiosité d'aller chercher le dictionnaire de la maison - je parle de l'ère ante-internet - pour en savoir plus sur un pays, sur un événement de tel ou tel siècle, avec une motivation que ne procuraient point les cours fastidieux donnés par des enseignants globalement hostiles à la bande dessinée avant que celle-ci ne soit enfin reconnue comme neuvième art.
Ma première rencontre avec Uderzo et son complice de plume, Goscinny fut presque de l'ordre de l'inconscient. Petit et ne sachant pas encore lire, je découvrais Oumpapah sous la forme d'une figurine en latex qui traînait dans la Panhard du paternel, en appréciait la souplesse au point de le tordre dans tous les sens et d'avoir ainsi causé in fine une fracture fatale.
À peine plus grand, et ayant enfin acquis quelques notions de lecture, mes parents me donnaient le droit d'emprunter à la seule bibliothèque du quartier (celle dite paroissiale) tous les deux livres sans images (roses, rouge et or, verts…) une bande dessinée. Oumpapah se rappela à moi et je découvris ses exploits en compagnie du savoureux Hubert de la Pâte Feuilletée.
Mon deuxième contact avec ce duo de talent est dû à un voyage familial en train, où pour retarder mon impatience en prévision d'un trajet qui s'annonçait long et morcelé par moults changements (Saint-Pierre-des-Corps, Saumur, Thouars, etc), m'offrit-on mon premier Astérix, le seul que proposait le kiosque de la gare car venant de paraître : Astérix chez les Bretons.
À mon sens, cet album reste parmi les meilleurs de la série que je relis toujours avec grand plaisir. Il me fut même utile dans mes premières années d'anglais au collège pour apprécier les différences significatives entre langues maternelle et d'Outre-Manche et mieux construire des phrases avec des adjectifs qualificatifs en bonne et due place.
Un peu plus grand, je dévorais également les aventures de Tanguy et Laverdure, où Uderzo - cette fois-ci en duo avec Jean-Michel Charlier - nourrissait ma fascination adolescente pour les avions, m'entraînait dans des aventures plus contemporaines et me donnait ainsi conscience d'un monde qui n'était pas aussi serein que celui plus restreint et douillet de la mienne famille.
Devenu étudiant, je relativisai mes études dites sérieuses (classe préparatoires en un lycée parisien) en allant m'aérer sur les quais de la scène, en un endroit très spécifique : celui des bouquinistes BD.
Le temps évoluant, choisissant enfin ce qui devait être et non ce que mes diplômes me suggéraient, je basculai du monde pragmatique à celui artistique que j'aime à appeler désormais celui de l'enchantement du patrimoine, un patrimoine que je découvris grandement par le biais de la BD et plus précisément des aventures dessinées par Uderzo.
Je ne peux donc que le louer pour sa mauvaise influence sur mon existence. Et plus encore que lui adresser de sincères regrets, j'espère qu'il continuera d'entendre les rires que ses héros éternels ne manqueront pas me déclencher.
Enfin, à l'heure qu'il est, puisse-t-il ne point m'en vouloir d'éprouver quelque tristesse et de m'être permis pour illustration de modifier quelques bulles en son hommage !
Avec mes condoléances à tous ses proches sur qui le ciel est tombé sur la tête.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire