lundi 10 février 2020

Février 1525... Et si l'on écoutait les infos ? 📻

#Renaissance #Caumont #Epernon #Nogaret #FrançoisPremier #HenriIII #HenriIV #LouisXIII
🖥 www.caumont.org 🖥 www.strawberry.zumeurs.net
En ce début d'année, rien ne va plus pour François Premier. Engagé depuis quatre ans dans la sixième guerre d'Italie, il subit une lourde défaite à Pavie, laquelle marque la fin du conflit.
Il a perdu de nombreux compagnons d'armes, morts sur le champ de bataille. Lui même, blessé au visage et à la jambe, n'a d'autre solution que de rendre ses armes à l'ennemi et se constituer prisonnier.
En juin, après plusieurs mois de captivité en Italie, il est transféré en Espagne. Il n'est libéré qu'après d'âpres négociations, enfin conclues en janvier 1526 par la signature du traité de Madrid. Celui-ci, favorable aux vainqueurs dont Charles Quint, est rapidement rejeté par François Premier, entrainant de fait le début de la septième guerre d'Italie.
La bataille de Pavie
En parallèle de tels déboires royaux, dès la fin de la sixième guerre, la plupart des combattants rescapés sont rentrés chez eux dont Pierre de Nogaret de la Valette (c1500-1553), un seigneur du Sud-Ouest.
Malgré la défaite, il s'en retourne avec assez d'aisance et d'enthousiasme pour confier à l'architecte Nicolas Bachelier la réalisation d'un nouveau château sur ses terres de Caumont, lesquelles dominent et surveillent le cours de la Save, dans l'actuel département du Gers, sur la commune de Cazaux-Savès.
Vue aérienne du château de Caumont (©caumont.org)
Pierre de Nogaret entend bien profiter des innovations qu'il a pu observer en Italie. Après dix années de travaux, il ne peut que se féliciter d'entrer en 1535 dans une demeure somptueuse que d'aucuns comparent avantageusement aux châteaux de la Loire.
Cinq siècles après, le château garde toute sa noblesse. Il n'a pas subi de trop grandes modifications et il suffit d'être face à lui pour s'imaginer aussitôt aux temps de son premier possesseur, voire de ses deux successeurs directs, afin de prolonger allègrement le voyage jusqu'à la fin du XVIe siècle.
Son fils aîné Jean Nogaret (1527-1575) hérite du château et à son tour fonde famille. Noblesse oblige, il officie également dans les armées royales en qualité de capitaine et de maître de camp de cavalerie légère.
C'est toutefois Jean-Louis (1554-1642), petit-fils de Pierre et fils de Jean qui attire l'attention des historiens et des romanciers dont un certain Alexandre Dumas.
Ayant embrassé, comme ses ascendants, la carrière de militaire, il se fait rapidement remarquer par un fort caractère qui lui vaut - malgré de nombreuses inimitiés - d'accéder aux plus hautes sphères du pouvoir, dont le cercle très fermé des mignons du roi Henri III.
Il en retire le titre de duc d'Épernon.
Fin politique, il reste un personnage très important sous les règnes suivants d'Henri IV et Louis XIII. Sa longue vie s'achève cependant en disgrâce.
Jean-Louis de Nogaret de La Valette, duc d'Épernon 👉

Février 2020... Un peu de musique ? 🎻
Après un tel préambule, n'est-il point agréable de s'accorder une pause musicale ? Sauf qu'à s'imaginer au XVIe siècle, il devient difficile de restituer le moindre son d'époque par le simple truchement d'une télécommande que les archéologues auraient découverte.
Vive le roy, selon Josquin des Prés, édité en 1504👉
C'est là qu'enchanteur, je dois m'affirmer, avec la chance de disposer concernant le château, ses premiers occupants et le siècle qui les concerne, d'un grand nombre de documents historiques, littéraires et musicaux.
Ainsi, en accord avec les propriétaires actuels, descendants des Nogaret de la Valette, vais-je, peu à peu, rechercher et mettre en cohérence des répertoires musicaux de la Renaissance avec des événements afférents à l'histoire du chateau et des seigneurs de Nogaret de la Valette.
Cette expérience qui lie le patrimoine bâti avec celui plus discret des manuscrits et des premiers-imprimés sera partagée sur place avec le public dès le printemps (24 mai 2020) lors d'un premier concert de musiques de la Renaissance, présentée par le duo franco-américain "The Strawberry consort".
S'ensuivra dans l'été une balade in situ, balade où je raconterai contes et récits du Moyen Âge, donnant ainsi chair au présumé surnom de "château des légendes" qui aurait été attribué à Caumont.
Armoiries de Jean-Louis de Nogaret de La Valette, duc d'Épernon.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire