mardi 29 octobre 2019

Médiéval, troubadour, ces deux mots ont-ils encore un sens ?

Suite à un récent post sur Facebook (copie en fin d'article) quant à l'usage du qualificatif médiéval appliqué aux fêtes, lesquelles se multiplient à foison, et aux musiques qui y sont prodiguées, je n'ai pas été surpris que mon questionnement ait été élargi pour dévier sur un hors-sujet insoluble et récurrent qui oppose deux camps dont les premiers exigent de l'"histo" pendant que les seconds privilégient l'envie de festoyer, quitte à se façonner des "Moyens Âges" plus approximatifs.

L'informatique ayant visiblement transformé les esprits en machines binaires oublieuses de toute faculté de modération, je n'ai guère lu de propos recherchant quelque compatibilité entre ces deux positions, si opposées fussent-elles, au profit quasi-exclusif d'expressions antagonistes, lesquelles ne demande à chacun - il est vrai - que de rester ancré sur ses certitudes, sans avoir à fournir le moindre effort de réflexions ou d'études.

Ce constat, certes un peu triste, mais point désabusé, ne me décourage pas cependant pour lancer un autre débat que m'inspire un autre terme ô combien dévoyé et détourné, celui de "troubadour".

Initialement, le mot est dérivé du verbe "trouver" en langue d'oc ou "trobar".

Il qualifie, entre les fins du onzième et du treizième siècles, des hommes (et quelques femmes dites trobaritz dont la comtesse de Béatrice de Die ci-contre) issu.e.s principalement de la noblesse, suffisamment instruit.e.s pour ciseler les plus beaux poèmes, tant sur le fond que sur les diverses formes qu'ils empruntaient.

Ces poèmes étaient éventuellement accompagnés de musique, avec des mélodies également d'un haut niveau de raffinement.

Le mouvement littéraire et musical des troubadours, fort de deux siècles d'existence, était plutôt réservé à une société privilégiée, essentiellement aristocratique. N'oublions point cependant quelques troubadours de moindre extraction (dont Marcabru ci-contre) au talent si affirmé que leurs modestes origines furent oubliées et leurs compositions compilées dans la quinzaine de manuscrits dont on dispose pour faire revivre cet immense répertoire de nos jours.

Vivre et revivre...

Disait-on déjà de ceux qui interprètent poèmes et chansons qu'ils jouaient ?

Probablement puisque l'on mentionne déjà au Moyen Âge des "joglars" (en pays d'oc) et des "jongleurs" (en pays d'oil), termes provenant du verbe occitan "joglar" qui signifie effectivement jouer. À l'art de jongler avec les notes et les mots se mêlèrent ceux visuels des arts du cirque, lequel a su garder le terme à son profit, avec pour conséquence une inexactitude fréquente concernant désormais principalement les musiciens, quels que soient leurs répertoires.

Il suffit de déclamer ou de chanter un poème ou de sortir un instrument de musique pour que toutes gens de tous niveaux d'instruction vous honorent du qualificatif de troubadour.

Le compliment est éminemment sympathique et il est reçu avec grand plaisir. Mais il n'en est pas moins inexact et a parfois de quoi faire se retourner dans leurs tombes d'illustres prédécesseurs dont nous ne sommes point - la plupart du temps - les vecteurs, puisque ne "jouant" pas leurs œuvres dont l'approche n'est pas des plus simples et requiert un travail conséquent pour en proposer des interprétations crédibles.

Je m'appuie notamment en ce propos sur ma propre expérience puisque j'ai eu la chance d'enregistrer plusieurs CD sur les troubadours (www.cd.zumeurs.net) et de partager la scène avec le duo "Joglar" dont la pertinence tient, et dans le nom de l'ensemble, et plus encore dans leur approche précise et respectueuse de la langue d'oc, tant chantée que parlée et des instruments dont ils s'accompagnent.

Qu'en conclure ?

Amis auditeurs et spectateurs, l'art de musique comme toute autre ne peut se pratiquer que dans l'humilité... Par égard pour nos chevilles et si estimez que nous méritons quelque compliment, modérez-le et appellez-nous "jongleurs" !

Par ailleurs, d'aucuns me diront que j'écris en vers la plupart des textes que je destine à la scène, éventuellement dans des formes très contraintes. Si ces rimes ont l'heur de vous plaire, je m'en réjouis et, en cela, je suis peut-être une démarche similaire à celle des troubadours.

En mérité-je toutefois l'appellation ?

Laissons cela à l'arbitrage du temps, je suis prêt à attendre quelques siècles !

Le post du 15/10/2019
Je n'ai pas la réponse...

D'un côté, je vois nombre de fêtes médiévales dont les organisateurs se disent tous plus médiévaux et "historiques" les uns que les autres, notamment dans le souci du détail historique des costumes, de la nourriture...

De l'autre, éventuellement (pour ne pas dire souvent), à longueur de videos, de teasers, de clips, de photos aussi, je vois et entends des groupes de musique dont les instruments, les répertoires et le jeu sont complètement hors sujets et semblent toutefois convenir à ceux qui les font venir et même parmi ceux cités précédemment.

Que faut-il en déduire ou penser ?

- Que le mot "médiéval" est un fourre-tout prétexte à la fête ? Fête où l'on peut laisse s'exprimer clichés, fantasmes et mythes, au détriment des savoirs et connaissances sur la période.

Soit pour résumer que l'univers médiéval est à la France (voire à l'Europe), ce que le western est aux USA ?

- Qu'a contrario et dans le souci d'un minimum d'historicité, la musique serait exclue des exigences requises pour que le mot médiéval ait du sens ?

Merci de débattre en toute courtoisie, notion que savaient pratiquer nos prédécesseurs du Moyen Âge.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire